Histoire et patrimoine

L’origine du nom de la commune est attribuée à la présence sur le territoire du cormier ou sorbier, arbre fruitier. Jusqu’au milieu du XIXème siècle, le nom de la commune s’écrira sans son « s » final. L’acte de décès du maire de la commune, Claudius Remilleux, en 1908, « officialise » son orthographe moderne.

Sorbiers fut d’abord un village agricole. L’exploitation de la chaux donnera son nom aux lieux-dits « La Chaux » et la « Choltière » où l’on trouvait les fours. Cette industrie existait encore au XVIIIème siècle sur la commune. Si le dévidage de la soie et surtout la clouterie ont constitué également des pôles d’activités importants, l’essor de Sorbiers commence véritablement avec l’exploitation du charbon au XIXème siècle. En cinq ans, la population augmente de plus d’un quart avec l’arrivée des mineurs et leur famille.

En 1872, le territoire de Sorbiers se réduit avec la création de La Talaudière. La fermeture des houillères en 1968 aurait pu être un coup fatal pour la commune :  cependant, l’implantation d’industries nouvelles (création de la Z.I. de la Vaure dès 1961) et le développement de zones de logements individuels permirent de passer ce cap délicat.

Les sites « incontournables »

Le château Fraisse

Le parc Fraisse héberge un château datant de 1857, typique des châteaux des industriels de la région stéphanoise de la fin du XIeme siècle avec des essences d’arbres remarquables et exotiques, de bassins d’alimentation et d’agrément, des grottes, une serre et une orangerie.

C’est la seule demeure d’importance conservée encore sur le territoire de la commune. On peut, à l’occasion d’une promenade dans le parc municipal, admirer sa silhouette élégante qui l’a fait parfois comparer à Azay le Rideau.  En 1992, la commune achète la propriété aux descendants de M. Fraisse. En 1995, le parc est ouvert aux Sorbérans. Aujourd’hui, le château a été transformé en résidence d’appartements privés.

  • L’église Notre Dame de l’assomption, située dans le bourg, a été reconstruite en 1876 dans le style du XIIIème siècle.
  • L’église Saint-Isidore située au Grand-Quartier.

Le petit patrimoine :

  • Les croix en fer forgé qui jalonnent la commune,
  • La sculpture « la tendresse », la conciergerie au parc Fraisse,
  • Le four à pain à la Reynière :  il a servi à plusieurs familles pendant de nombreuses années au hameau de la Reynière. Encore récemment utilisé, il constitue désormais une curiosité riche d’enseignement sur le passé de Sorbiers.

En 1789, l’Assemblée Constituante décrète dans toute ville, bourg ou communauté rurale la création d’une « Municipalité » qui désigne à la fois la ville et le corps des officiers municipaux ayant à sa tête un Maire élu. Voici les différents maires qui se sont succédés à Sorbiers :

  • 1792 Etienne REMILLEUX
  • 1807 Jean-Pierre REYMOND
  • 1808-1830 Etienne REMILLEUX
  • 1830-1842 Jean-François PREYNAT
  • 1842-1843 Pierre BROSSE
  • 1843-1868 Etienne REMILLEUX
  • 1868-1870 Jean-François CHOMAT
  • 1870-1871 Maximilien EVRARD
  • 1872-1878 Jean-François CHOMAT
  • 1880-1891 Maximilien EVRARD
  • 1891-1892 Frédéric ALLOÈS
  • 1892-1896 Claudius REMILLEUX
  • 1896 Maximilien EVRARD
  • 1896-1908 Claudius REMILLEUX
  • 1908-1912 Claude BADARD
  • 1912-1939 Jean-Louis BERGER
  • 1945-1959 Barthélemy MAGAND
  • 1959-1989 Félicien CHABROL
  • 1989-1995 Guy PEYRARD
  • 1995-2008 Bernard FAYOLLE
  • 2008-2018 Raymond JOASSARD
  • depuis le 19 novembre 2018 : Marie-Christine THIVANT

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×