Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu | Aller au menu Restez informés | Aller au menu Pratique | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Mairie de Sorbiers

Recherche

Menu principal

AccueilSorbiers découverte > Sorbiers natureParc régional du Pilat

Parc régional du Pilat

 

Déplier/ReplierLocalisation

Proche des agglomérations stéphanoise et lyonnaise, le Parc du Pilat attire de nombreux citadins en quête de nature authentique.

Le site du parc du Pilat

Des richesses naturelles

Le Pilat est un lieu de vie pour 50 000 habitants porteurs de la dynamique locale. Massif de moyenne montagne étagé entre 140 et 1432m d’altitude, le Pilat voit s’affronter les climats méditerranéens, continentaux et océaniques, ce qui lui confère une exceptionnelle diversité de richesses naturelles.

Pour toutes ses richesses, tant humaines, naturelles qu’historiques, le massif du Pilat est labellisé Parc naturel régional depuis 1974.

Le Pilat, un territoire organisé

Le massif du Pilat compte 47 communes rurales labellisées « Parc naturel régional ».

16 villes portes, à proximité immédiate, participent aussi à la vie du Pilat en adhérant volontairement au Syndicat Mixte du Parc.

Dans une démarche de « solidarité » entre ville et campagne, le Parc du Pilat entretient des relations privilégiées avec certaines communes urbaines de sa périphérie.

  • Des villes à l’origine même du Parc Les relations ville-campagne, sont à l’origine même de la création du Parc naturel régional du Pilat. En effet, le Parc du Pilat est né en 1974, de la prise de conscience des habitants des villes de leur attachement à ce massif du Pilat, aux espaces naturels riches et aux paysages exceptionnels.
  • Préservation du Parc

La première personne à émettre l’idée de créer un Parc dans le Pilat fut M. Claude Berthier, professeur au lycée Claude Fauriel de Saint Etienne, dès 1946. Vingt ans après, c’est le Docteur Bernard Muller, médecin des hôpitaux de Saint Étienne qui reprenait cette idée. Ils ont su convaincre les habitants du Pilat de la qualité de leur environnement et de la nécessité de la préserver.

  • Parc et villes complémentaires dans un ensemble plus vaste

Le Parc et les villes-portes entretiennent des relations d’interdépendance. Ils constituent deux éléments indissociables d’un ensemble géographique complexe, pour constituer un environnement participant à la qualité de vie dont chaque habitant a besoin. Ils forment un tout.

  • Le Parc naturel régional du Pilat compte 16 villes portes adhérentes du Syndicat Mixte
    Les villes-portes du Parc Naturel
  • ANNONAY
  • FIRMINY
  • GIVORS
  • L’HORME
  • LA GRAND CROIX
  • LA RICAMARIE
  • LE CHAMBON FEUGEROLLES
  • RIVE DE GIER
  • SAINT CHAMOND
  • SAINT ETIENNE
  • SAINT GENEST LERPT
  • SAINT JEAN BONNEFONDS
  • SAINT MARTIN LA PLAINE
  • SORBIERS
  • VILLARS
  • LORETTE

Le Parc, un projet partagé

Dans le langage courant, le terme « Parc du Pilat » désigne tout aussi bien le territoire, les élus constituant le Syndicat Mixte, le projet d’avenir pour ce territoire, l’équipe de techniciens ou la Maison. Cela n’est pas un hasard.

En effet, le Parc du Pilat est un mélange intime de toutes ces composantes. Dans un ballet bien orchestré, chacun contribue à construire un agréable cadre de vie pour les Pilatois et leurs invités.

Le territoire reçoit le label « Parc naturel régional » de l’Etat.

Ce label est attribué en fonction de la qualité du territoire et du projet qu’il porte : la charte.

La charte est définie et validée par les élus du Syndicat mixte. Les élus du Syndicat Mixte s’appuient sur une équipe de techniciens pour écrire la charte puis en conduire les actions.

 Haut de page