Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu | Aller au menu Restez informés | Aller au menu Pratique | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Mairie de Sorbiers

Recherche

Menu principal

AccueilVie quotidienne > L’épicerie socialeL’épicerie sociale

L’épicerie sociale

 

Déplier/ReplierLocalisation

Objectifs

  • Permettre à des familles en difficulté d’acheter des produits alimentaires et d’hygiène à moindre coût.
  • Etre une "aide tremplin" pour passer un cap difficile (perte de travail, séparation, accidents de la vie...)
  • Accompagner les bénéficiaires sur le plan social (gestion de budget, CV, aide dans les démarches...).

L'épicerie solidaire

L’épicerie sociale est le résultat du travail d’un comité de pilotage composé de :

  • La ville de Sorbiers
  • Le Centre Communal d’Action Sociale
  • L’association des familles
  • L’association Saint vincent de Paul
  • Le Centre Social
  • La Banque Alimentaire
  • Les Travailleurs Sociaux du Secteur

Comment bénéficier des services de l’épicerie ?

  • rencontrer d’abord l’assistante sociale de secteur (Mme Ressort ou Mme Portelatine (04 77 53 85 74) qui, au vu du dossier monté, propose de demander l’aide de l’épicerie solidaire
  • prendre rendez-vous au service social de la mairie au 04 77 01 11 46
  • un dossier est constitué , par la conseillère en économie sociale et familiale, prenant en compte les ressources, les charges et la composition de la famille
  • celui-ci est étudié en commission CCAS, chaque famille est informée par courrier lui indiquant la somme mensuelle accordée ou le refus.
  • les dossiers sont revus tous les 3 mois.

Comment disposer des produits ?

  • L’épicerie est située place de l’Europe, elle est ouverte les mercredis de 9h à 12h
  • divers articles alimentaires et produits d’entretien et d’hygiène sont proposés
  • les achats se font en fonction de la somme mensuelle attribuée, à répartir sur le mois
  • une participation de 20% de la valeur réelle des produits achetés est alors demandée en caisse. L'épicerie solidaire

L’épicerie sociale est un lieu d’accueil, d’échange et d’information.

Pour consulter la page du CCAS, cliquez ici.

Entretien avec Sarah Martinaud CESF (Conseillère en Economie Sociale et Familiale)

Quel sont ta formation et ton rôle au sein de l’épicerie ? Je suis conseillère en économie sociale et familiale, suite à une formation de 3 ans, j’ai obtenu mon diplôme d’Etat qui me permet de travailler dans de nombreuses structures accompagnant des publics avec des problématiques sociales diverses. J’ai été recrutée sur la commune de Sorbiers, conjointement avec les communes de La Talaudière et de Saint Jean Bonnefonds début décembre 2015. Mon objectif premier est d’accompagner les bénéficiaires de l’épicerie sur le plan social.

Comment s’organise l’attribution de l’aide ? Pour pouvoir bénéficier de l’épicerie, les personnes en difficultés financières sont d’abord reçues par Marie Thérèse CHARRA, adjointe aux affaires sociales et Joël CARMIGNANI, conseiller municipal. Si leur situation est en adéquation avec le fonctionnement de l’épicerie, ils sont alors orientés vers moi pour un entretien. Le premier rendez-vous est pour moi un temps important puisqu’il s’agit de la première prise de contact, il est important d’arriver à créer un environnement où les personnes accueillies seront enclines à se confier. Lors de ce rendez-vous, je fais un premier diagnostic global sur leur situation actuelle. Nous échangeons sur leurs problématiques qui peuvent être nombreuses et variées, qui les ont conduits dans la situation difficile dans laquelle ils sont aujourd’hui. Nous évoquons également dès le premier rendez-vous, les pistes à creuser, les démarches à faire ou les projets dans un futur plus ou moins proche, afin de donner une ligne directive à l’accompagnent qui sera mis en place par la suite. Puis une grande partie de l’entretien est orienté vers le budget du ménage. Le budget reflète les problèmes éventuels du quotidien, c’est une porte d’entrée pour aborder d’autres problématiques : les impayés, les problèmes de gestion, le manque d’outils, les problèmes de communication, de santé, d’emploi, ou encore de logement. En fonction des ressources, des charges et du nombre de personnes au sein du ménage, je calcule à l’aide d’une grille préalablement établie et votée par l’ensemble des membres de la commission du CCAS, un montant mensuel pour les familles. Sur l’année 2016, nous avons accueilli 33 familles, ce qui représente 38 adultes et 55 enfants. Actuellement 22 familles bénéficient de l’épicerie sociale.

Comment fonctionne l’épicerie ? Dans les rayons de l’épicerie, chaque produit est identifié avec son prix d’achat, et la participation financière qui est demandée aux bénéficiaires, soit 20% du prix. A chaque passage en caisse nous déduisons de leur montant mensuel, la valeur en prix d’achat de leurs courses du jour. Ils disposent d’une carte leur permettant de calculer eux même, à chaque moment, leur montant restant pour le mois. Les produits proviennent de Carrefour Market et Proxy où l’on fait un commande chaque mois, et de la banque alimentaire qui nous fournis des fruits et légumes frais, mais aussi des produits laitiers et produits secs toutes les 2 semaines. L’épicerie fonctionne avec la présence de nombreux bénévoles. Certains viennent le mardi pour réceptionner les marchandises, les compter, les mettre en rayons, tandis que d’autres sont présents le mercredi matin lors de l’ouverture de 9h à 12h, pour la distribution, l’encaissement, mais aussi l’accueil, pour un temps convivial autour d’un café.

Quelles actions sont mises en place ? J’ai aussi pour mission, la mise en place de temps collectifs pour les bénéficiaires. Que ce soit des temps à visée éducative, explicative ou informative, mais aussi des temps de partage, conviviaux où les bénéficiaires vont pouvoir oublier quelques heures leurs difficultés personnelles. Sur l’année 2016, nous avons eu l’occasion d’organiser un pique-nique au parc Fraisse, un atelier cuisine en partenariat avec le centre social, un atelier en deux temps sur la gestion budgétaire, ainsi que des séances gratuites de « ciné solidaire » à L’échappé.

 Haut de page