Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu | Aller au menu Restez informés | Aller au menu Pratique | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Mairie de Sorbiers

Recherche

Menu principal

AccueilVie culturelle > La saison culturelleCoup double Cirque

Coup double Cirque

 

Un « coup double cirque » à L’échappé, avec deux spectacles pleins de tendresses et d’émotions. Un solo « en criant sans faire de bruit » et un duo comme un solo « Solo due ». Là encore, à l’entracte, l’Amicale du personnel nous proposera crêpes, hot-dogs et autres gourmandises de fête foraine.

En criant sans faire trop de bruit Un spectacle de Cirque Humain

Il aimait jouer à cache-cache tout seul. Il avait décidé de se faire un tatouage, c’était écrit « J’ai mal dans la peau de ne pas te toucher ». Pendant tout ce temps, il la cherchait sans la connaitre… elle était restée cachée derrière une cuillère. Un solo qui parle simplement de la solitude. Une création au croisement des disciplines : fil souple, équilibre en dessous de livres, danse de tapis. Un spectacle intimement universel ...

“Tout en sincérité, voici un spectacle à la frontière du théâtre, de la danse et du cirque, montrant un homme dans sa fragilité. Un spectacle sensible qui fait appel à l’imagination. À voir absolument.” Le Journal de Saône-et-Loire.

Auteur et interprète Ignacio Herrero, accompagnement artistique Adolfo Vargas, création lumières Thimothé Loustalot, Création musical T. Sonterra.

Solo Due Les Argonautes Fragments de cirque pour deux jongleurs de violon au bord du gouffre.

C’est l’histoire d’une rencontre, celle de deux personnages plutôt hors du temps, jongleurs invétérés. Ils jonglent avec tout, y compris l’inattendu et l’immatériel. Et avec légèreté ! C’est très étonnant… En une partition minutieusement orchestrée, les Argonautes s’accordent, se désaccordent, s’assemblent et se confondent. Avec un malin plaisir, ils mettent en lumière leurs zones d’ombre et sèment astucieusement la confusion et le doute sur leur(s) identité(s). Peut-on être deux en un ? Ou « un » en deux ? Envie de jouer à ne plus savoir où est la limite entre deux personnes ? Confondus, additionnés, ils explorent l’art de s’adresser à soi-même en parlant à quelqu’un d’autre. D’un seul homme, mais à quatre mains, ils relèvent le défi d’un solo pour deux interprètes.

De et avec Benji Bernard, Etienne Borel, mise en scène Louis Spagna, lumières Anne Straetmans, régie Geoffroy de Hasque, costumes Natalia Fandiño, set Jean Louyest, traitement son Pierre Gillet, Mark Dehoux, vidéo Bruno Willems, photos Antoinette Chaudron.