Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au sous menu | Aller au menu Restez informés | Aller au menu Pratique | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Mairie de Sorbiers

Recherche

Menu principal

AccueilVie culturelle > La saison culturelleCoup double Café-théâtre

Coup double Café-théâtre

 

ON N’EST PAS DES CHIENS

Café-théâtre | Seul en scène - Jean-Rémi Chaize

Vrais, touchants, extravagants, et toujours irrésistiblement drôles ! Voilà comment nous pourrions décrire les personnages créés et interprétés avec brio par Jean Rémi Chaize.

Il y a cette grand-mère qui commente les dernières actualités familiales avec l’indiscrétion mêlée de conservatisme d’une gazette d’avant-guerre. Il y a cette desperate housewife qui surveille l’alimentation de sa fille avec autant de zèle et d’inventivité qu’un tortionnaire. Il y a cette dépressive refoulée pour qui la moindre visite chez le médecin est une palpitante aventure sociale.

L’écriture de ce premier seul-en-scène est mue par un souci de clarté : sans temps mort et ludique. Elle transcende ces personnages aux névroses à la fois fichtrement saugrenues et terriblement familières. En particulier ce trentenaire qui fait le point sur sa vie sentimentale et chimique façon JT, pivot d’un spectacle qui balaye tout le spectre chromatique du rire d’un geste aussi vif que précis.

De et avec Jean-Rémi CHAIZE

L’ENVOLÉE D’UNE TRISTE PENSÉE

Lectures musicales autour du tango - Compagnie La Tarlatane

Le tango est né pour exprimer le déchirement de nombreux émigrants à la recherche de vie et de tendresses nouvelles. Il fut dansé avant d’avoir été chanté, mais les mots associés au tango sont le reflet de tristesses extrêmes. On peut le rencontrer dans les coins louches, mais également dans toute ville, tout pays, où cohabitent origines et destins.

À travers sa voix, Isabelle Bianchi évoquent le tango, « Cette triste pensée qui se danse », comme l’a défini Enrique Santos Discepolo.

« Parler de tango bagarreur n’est pas assez ; j’irai jusqu’à dire que le tango et les milongas expriment quelque chose que les poètes ont souvent cherché à dire avec des mots : la conviction que le combat peut-être une fête. » Jorge Luis Borges

De et avec Isabelle Bianchi (voix), Tom Jallet (guitare), Damien Schulteiss (clarinette), Phlippe jallet (technique) Textes , Hugo Pratt, Wolfram Fleischer, Jean Richepin, Alfonsina Storni, Jorge Luis Borges et Felix Luna Musiques et chansons Astor Piazzolla, Ariel Ramirez, Javier Sanchez, Carlos Gardel, Anibal Troilo

Bar à tapas à partir de 19h30 et à l’entracte